Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

[Critique Manga] Ashita No Joe

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/6/6c/AshitaNoJoeManga.jpg

 

Le Gekiga est un style de manga dont le public visé est les adultes. Le terme signifie littéralement « dessins dramatiques ». C’était un genre très répandu dans les années 70, considéré comme l’ancêtre du seinen. Bien que catalogué chez les shônen  Ashita No Joe est un pur Gekiga et se permet un savant mélange des genres, situé entre le spôkon (manga sportif), le drame et la tranche de vie. Tetsuya Chiba et Asao Takamori nous livrent un héros et une histoire comme il n’en existe plus aujourd’hui : celle d’un homme qui trace son chemin dans le sang et l’espoir d’impossibles meilleurs lendemains.

 

 

Plus qu’une histoire, un documentaire


 

Ashita no Joe , c’est avant tout une rencontre : celle de deux êtres laissés pour compte par la vie.  D’un côté, nous avons Joe : fougueux, insolent, caractériel et bagarreur, ce jeune sauvage ne compte que sur lui-même depuis que ses parents l’ont abandonné alors qu’il n’était qu’un enfant. Décrié par les adultes, c’est auprès des enfants du quartier où il a atterri qu’il retrouve le sourire. De l’autre côté, Danpei Tangei , aussi surnommé Kenkichi (vieux fou de boxe) : subjugué par le talent de  Joe, il voit en lui la possibilité d’atteindre les sommets du monde de la boxe. Ses intentions vénales se mueront en une profonde affection pour le jeune vagabond.


http://a.mpcdn.net/manga/p/3104/283352/2.jpg


Cette rencontre pour le moins tumultueuse aura lieu dans le quartier des Doya, endroit où semble s’être donné rendez-vous toute la déchéance humaine de l’époque. Takamori s’est attaché à dépeindre un contexte social délicat en nous présentant d’un côté les sympathiques mais pauvres habitants des Doya (souvent habillés de guenilles ou avec des vêtements en lambeaux) ; de l’autre, l’opulence de la ville Tokyoïte (le club Shiraki, la maison de Yôko).  Vous l’aurez compris , Ashita No Joe tire plutôt vers le tragique et ne s’attardera que plus tard sur l’ascension de Joe dans le monde de la boxe.


Une ascension qui connaîtra ses origines dans une prison pour mineurs suite aux divers larcins de notre héros, décidément à la limite du détestable. Mais c’est ce qui le rend si charismatique : Joe n’a que faire des conventions sociales. Sa « docilité » ne se fera que dans l’ultime but de se venger de l’homme qui l’aura mis à terre : Tooru Rikishi, ancien boxeur qui le poussera à suivre les entraînements par correspondance du vieux Danpeï depuis sa cellule.


http://m.mhcdn.net/store/manga/441/048.0/compressed/021.jpg?v=11192240803


Mais avant cela, il lui faudra purger sa peine. Si le quotidien du quartier des Doya s’étale du tome 1 au tome final, le séjour en prison de Joe (environ deux tomes de 300 pages) nous narre un quotidien des plus difficiles pour une jeunesse en perte de repaires. Entre les travaux de champs et son humiliante défaite, Joe ne se lamente pas et brûle de parvenir à son objectif : défaire Rikiishi. Cette soif de vivre vengeresse, ô combien palpable, ont conféré à Joe un symbole de rébellion tout en insufflant du courage à la jeunesse japonaise.


 

Une réussite tragique et sanglante

 


Si les prémices des débuts de Joe dans la boxe se font au cours du tournoi organisé dans sa prison par la bourgeoise Yôko Shiraki, il lui faudra attendre sa sortie de prison pour débuter sa carrière. La route s’avèrera déjà semée d’embûches, seulement pour obtenir la licence professionnelle… Là où Hajime No Ippo ne fait que montrer l’ascension positive du héros, Ashita No ASNJ tire son épingle du jeu en nous dévoilant le revers de la médaille. Joe devra tout d’abord faire face à la mort d’un de ses plus grands adversaires… Mort qui sera si marquante à l'époque que le personnage fictif aura droit à sa propre tombe, suite aux réclamations des fans.


http://a.mpcdn.net/manga/p/3104/336883/1.jpg


Cet épisode dramatique le plongera dans une grande dépression dont il ne ressortira que tardivement. Errant d’abord dans les rues en buvant puis vomissant ses tripes dès qu’il porte un coup à ses adversaires, Joe aura fort à faire avec son traumatisme. Ceci ne l’empêchera pas pour autant d’entamer un régime borderline pour rester dans sa catégorie de poids, tout comme feu son ancien rival.  La malédiction continuera de poursuivre notre héros qui, malgré toute la peine qu’il endurera, persistera à enfiler ses gants de boxe pour ressortir tuméfié de tous ses matchs.


L’issue inéluctable, qui semble attendre Joe , est décrite dès les premiers tomes : sa façon de boxer est dangereuse, il ne vivra pas longtemps… Et il le sait. Deux sentiments le poussent à se battre encore et encore sur le ring : l’envie de se sentir vivant, quelques instants, après s’être consumé corps et âme dans la bataille. Ces quelques moments après la victoire sont le havre de paix de Joe, là où les jeunes de son âge préfèrent aller à la plage ou se prélasser entre amis. Enfin, la culpabilité qu’il ressent pour ses anciens adversaires dont il a brisé la carrière ou la vie, ce qui le pousse à continuer pour eux.


http://img.over-blog.com/496x350/4/06/61/84/Manga-3/Ashita-no-Joe-T.IX-4.JPG


Rien, pas même ses amis les plus proches, ne réussiront à lui faire entendre raison. C’est d’ailleurs la gent féminine qui tente de le convaincre, en vain, comme pour nous signifier de façon quelque peu machiste que l’univers de la boxe n’appartient qu’aux hommes. Les tentatives de séduction de Noriko se soldent par un Joe nonchalant. Quant à l’aide que tente de lui apporter Yoko, il la repousse la plupart du temps avec force.


 

Un dessin puissant

 


Je fais l’éloge de  Asao Takamori pour son scénario monumental. Pour autant, le dessin de Tetsuya Chiba a tout autant de mérite. Pour décrire des personnages aussi authentiques, il fallait un dessin qui le soit tout autant. Avec son trait fin, Chiba va donner à Joe et tous ses protagonistes un réalisme à tomber par terre. Chaque personnage aura droit à sa palette d’expression et un faciès unique, exit les arbitres.


http://2.bp.blogspot.com/-hxpAjZXl0lc/Tt86g1HjeLI/AAAAAAAADvA/SYYTgeoDNJo/s640/Ashita+no+joe+-01.png


Les moments de mélancolie de Joe sont parfaitement retranscrits grâçe à des planches qui se font rares de nos jours : des pages entières avec des zoom sur les yeux de Joe, à le voir déambuler dans les rues… Le mangaka semble avoir joui d’une liberté certaine de la part de son éditeur et cela se ressent tant ce manga reste en marge d’un point de vue tant visuel que scénaristique: tout est à l'apogée de l'intensité.


Mais toute la puissance du titre se dégage réellement dans les matchs aussi percutants que mirifiques. Avec ses giclées de sangs abondantes, ces visages gonflés par les échanges de coups violents, seul l’encrage parfait de Chiba pouvait décrire à merveille toute l’horreur et la fascination d’un ring vu de l’intérieur. L’action y est parfaitement décrite et là encore, nous aurons droit à des pages entières pour décrire une action ou voir un personnage en entier : la maigreur presque écœurante de Rikishi, la peur sur le visage de Joe…  Toutes ces qualités font que l'on regrettera que l'oeuvre se stoppe alors qu'elle était au sommet de sa popularité, la cause étant les mouvements contestataires des étudiants de l'époque qui utilisaient un drapeau avec le visage de Joe... 


http://1.bp.blogspot.com/-55uurVdmPhg/Tc3uTp7jacI/AAAAAAAAHVI/-H0664dAIvc/s1600/Ashita%2Bno%2BJoe%2BTomorrow%2527s%2BJoe.jpg


Si ce n’est pas déjà clair, Ashita NoJoe est un indispensable du manga, inspiration inépuisable pour bon nombre de mangakas comtemporains. Seule la saison 2 de l'anime a vu le jour en France, donc n’hésitez pas à vous rattraper en vous rabattant sur la version papier. Le travail de l’édition Vintage de Glénat est de plus remarquable, on ne les remerciera jamais assez d’avoir fait paraître ce genre d’œuvre encore inédite chez nous. Je lui donne 10 gants de boxe sur 10 !

 

http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg http://jssnews.com/wp-content/uploads/2011/05/fond-ecran-gant-de-boxe-en-gros-plan.jpg /10

 

 

 

Voir les commentaires

[Test] Final Fantasy 8

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/6/62/Final_Fantasy_VIII_Logo.png

 

Oui, j’ai eu la PS3 à Noël. Oui, j’ai eu FF 13 et FF 13-2. Mais non, je n’y ai pas encore joué pour la simple et bonne raison que j’étais trop occupé sur FF 8. Après un Final Fantasy 7 absolument épique, Squaresoft devait placer la barre haute pour répondre dignement à l’attente des fans d’une saga à la renommée désormais mondiale. Squaresoft nous livre le second volet PS1 de sa licence en 1999 et il est difficile de ne pas succomber au charme qui s’opère dès les premières minutes de jeu.


 

Amour, guerre et sorcellerie


 

Après la superbe cinématique d’introduction sur le mémorable thème Liberi Fatali, vous incarnez Squall Lionheart qui se réveille à l’infirmerie. Ce jeune homme fait partie des étudiants en lice pour décrocher le diplôme du Seed (mercenaires d’élite) de la BGU (Balamb Garden University) où il suit une formation militaire.


Peu après sa nomination en tant que Seed avec ses camarades, il fera la rencontre de Linoa Heartilly. Cette jeune femme fait partie de la résistance qui tente de freiner l’invasion grandissante de l’armée Galbadienne. Squall sera  amené à aider cette dernière mais sa mission prendra une ampleur des plus inattendue.


http://images5.fanpop.com/image/photos/28900000/Squall-vs-Seifer-squall-28918013-640-480.jpg


Avec son histoire complexe et pleine de rebondissements, FF 8 succède à son grand frère avec maestro sur les plans de l’univers et du scénario. Bien que stéréotypé avec ses héros se trouvant pour but de vaincre le mal, le jeu parvient à amener les éléments clés de son scénario de façon si judicieuse que l’on ne peut que saluer le spectacle qui nous est offert.


Vos compagnons de route sont plus charismatiques les uns que les autres. Mais de Zell le bagarreur, Quistis le congélateur, Irvine le séducteur, Selphie la joyeuse ou la troupe loufoque de Laguna, c’est le couple Squall/Linoa qui retiendra l’attention.  Souvent décrié pour son romantisme exacerbé, j’ai personnellement apprécié cette histoire d’amour entre deux êtres que tout oppose.


Si cette alchimie fonctionne à tous les coups et reste assez classique, il est intéressant de voir comment Squall va s’ouvrir grâce à l’amour, un thème récurrent sous toutes ses formes dans Final Fantasy

 

 

Les associations, les G-Forces et le level-up : toute une histoire…

 


FF8 marque enfin l’heure du renouveau pour une Saga qui s’était jusqu’alors cantonnée à un système d’attribution de jobs (FF 1,2,3 sur NES et le 5 sur SNES) ou de classes bien définies  (FF4, 6 sur SNES et 7 sur PS1) avec du level-up classique à la clé. On vous propose dorénavant un nouveau menu, le système des associations. Mais faisons tout d’abord le tour des réjouissances…


http://horrorcultfilms.co.uk/wp-content/uploads/2011/10/Elvoret_battle.jpg

 

Ici, le level-up pourrait bien vous être fatal en début de partie : en effet, les monstres ont eux aussi la possibilité de monter en niveau. Pour peu que vous ne possédiez pas les bonnes magies et/ou capacités au moment adéquat, un monstre a priori facile à vaincre pourrait prendre des airs de mini-boss. Il vous sera conseillé de transformer vos adversaires en carte grâce à la capacité du même nom de votre G-Force Golgotha. Ceci vous permettra de récupérer des PDC (Points de compétences destinés aux G-Forces) sans gagner d’expérience.


Les chimères/éons deviennent des G-Forces. Lorsque vous faites appel à elles, après le chargement de votre barre ATB, une seconde apparaît en bleu. Le temps que celle-ci soit chargée, les HP de votre G-Force se substituent aux vôtres. Ces dernières peuvent donc être mises KO en combat, ce qui ne vous prive cependant pas des capacités qu’elles vous accordent.


L’ensemble de vos capacités Actives (Magie, Voler, Objet, Carte, ect…) et passives (Bonus Vigueur, Boutique dans le menu, Créa-Magie ect…) passent par les PDC attribués à vos G-Forces. Il vous faudra choisir quelles sont les capacités susceptibles de vous être utiles lors de votre aventure afin de les rendre disponibles dès que les PDC nécessaires à son utilisation sont atteints. Certaines G-Force possèdent des capacités qui leurs sont propres, il vous faudra donc les associer à vos héros avec rigueur pour exploiter au mieux le potentiel de vos troupes.


http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/40456/gd/12945161597/ondine.jpg


Les magies ne se gagnent plus en montant de niveau mais en les volant. Les PM n’existent plus, il vous faudra piller vos adversaires ou les puiser dans des sources de magies.  Vos capacités peuvent vous permettre d’en créer à partir d’objets de votre inventaire. Vous ne pouvez posséder que 100 exemplaires de chaque magie. Les magies sont à associer à vos caractéristiques. Pour vous simplifier la tâche, sachez que vous pouvez utiliser le sous-menu optimisation dans le menu association afin d’avoir un héros boosté en Attaque, en magie ou en défense.


Les combats ne rapportent plus de Gils ! Vous êtes payé avec une solde en fonction du nombre de vos pas. C’est la rémunération Seed. Elle varie en fonction de vos résultats à l’examen du Seed au CD1, aux questionnaires disponibles dans le menu ou via certaines de vos actions. FF 8 n’a donc pas été avare en termes de contenu, rien de bien difficile même pour les néophytes : suivez attentivement les instructions de Quistis. Sinon, le menu aide sera pour vous.

 

 

 

 

Gameplay, chara-design et cinématiques

 

FF 8 a voulu trancher avec ses prédécesseurs en nous proposant un chara-design réaliste. Fini le côté Chibi ! Les couleurs champêtres et industrielles laissent place à  un mélange d’Europe futuriste et mystique (Deling City et son arc de triomphe qui rappelle celui de  Paris, la tombe du roi inconnu) qui se prêtent plus à l’ambiance du titre.


Vous vous déplacez comme à l’accoutumé sur une mappemonde encore plus travaillée et belle que dans FF7. Vos moyens de locomotion ne changent presque pas : train, voiture, Vaisseau, bateau… les villes se composent d’arrières-plans 3D somptueux dans lesquels vous progressez sur plusieurs écrans. Il est possible d’interagir, de rentrer dans les maisons, de faire de nombreuses quêtes annexes (G-Force, boss secret…).


http://files.myopera.com/nakatawa/albums/68593/ff8-bs2.jpg


Les phases de combat connaissent quelques améliorations qui sont les bienvenues.  Vos ennemis ne se contentent plus de se volatiliser après un combat, mais défaillent avant de mourir, puis disparaissent. Les limit Breaks sont toujours présentes mais se déclenchent à la condition d’avoir vos HP bas ou après l’utilisation du sort Aura. Celles-ci sont déblocables à partir de magazines ou d’objets, voire en  fonction de vos armes.


Les affrontements sont dynamiques et fluides, on regrettera cependant que la capacité « voler » soit si longue à exécuter. Ajoutons que les combats aléatoires sont nombreux, ce qui peut ternir le rythme en début de partie. Seul Squall bénéficie d’une commande spéciale : en appuyant sur R1 au bon moment, vous décuplerez les dégâts faits à vos adversaires. Les G-Forces bénéficient toujours de splendides cinématiques, même si leur utilisation se révélera être quasiment nulle.

http://www.jegged.com/Image/Strategy/Final-Fantasy-8/Walkthrough/FF8-0119-Deling-City.png

Enfin, les cinématiques poussent l’exploitation de la PS1 à son maximum. On est immédiatement frappé par la qualité grandissante de ces dernières, déjà impressionnantes dans FF 7. Seul regret : les OST. Quelques thèmes marquent, mais rien de bien exceptionnel.


Final Fantasy 8 sonne l’heure du renouveau pour une série qui avait déjà amorcée cette envie sur FF 7. Plus mature, plus sombre et innovant que ses prédécesseurs, FF 8 reste un jeu qui s’apprivoise tant et si bien que l’on suive les tutoriaux. Un must have, définitivement. Je lui donne 8 Gunblade sur 10 !

 

 

http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20110218050951/finalfantasy/images/a/a7/Dissidia-Revolver.png / 10

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

2014 commence bien !

C’est le début de l’année, alors avant toute chose je vous souhaite à toutes et à tous une bonneannée 2014 ! Aujourd’hui, ce billet sera plutôt simple puisqu’il n’a pour vocation que de vous montrer les présents que j’ai reçu à noël et je tenais à partager cela avec vous !

 

Comme vous pouvez le constater, j’ai été particulièrement gâté cette année… Merci à ma femme qui s'est ruinée, à sa maman qui en a fait de même et à mon père !


http://i.imgur.com/hZh0r0T.jpg


-L’adaptation de l’étrange noël de Monsieur Jack de Tim Burton par Jun Asuka en Manga. Un One-Shot très sympathique !


-Gundam Seed Destiny l’intégrale, il serait temps que je regarde la saison 1…


-L’artbook de Kingdom Hearts par Shiro Amano.


-Le jeu PS3 Kingdom Hearts 1.5 remix… Dieu que c’est beau !


-Une Wonderbox pour une petite virée en amoureux avec ma femme <3


-Un autoradio Kenwood.


-La PS3 avec tout plein de jeux histoire de bien démarrer : Trilogie Batman, Tales of Xillia, One Piece Warrior, GTA Liberty City, Little Big Planet, FF 13 et FF 13-2, The Last Of Us, Naruto 2.


-L’intégrale de Columbo, j’adore ce détective !


-Les tomes de City Hunter qui me manquait du 26 au 32 !

                              

Voici le cadeau dont je suis le plus fier : les trésors de Spider-Man ! C’est un recueil dont le contenu ravira tous les fans du tisseur : croquis, page originale refaite à l’identique, poster d’époque… Le pur kiff pour le fan que je suis !


 http://i.imgur.com/x4gAk1O.jpg

 

 

Enfin, un cadeau d’une amie de forum Otaku Attitude, Evangelina qui m’a fait dédicacer un tome Dreamland par Reno Lemaire ! Merci à elle et encore une bonne année 2014 à tous ! 

 

http://i.imgur.com/wqUQPkF.jpg

Voir les commentaires