Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Grand concours Otakritik !

Amis otakus du jour ou de la nuit, soyez les bienvenus au premier grand concours d'Otakritik ! Pour l'avènement des 100 "J'aime" de ma page facebook, j'organise ce concours dans lequel vous pourrez gagner les lots cités dans l'affiche ci-dessous ! Pour cela, il vous daudra:


1) Liker la page facebook d'Otakritik: http://www.club-innovation-culture.fr/wp-content/uploads/facebook-logo.jpg

2) Partager la page sur vos murs facebook et vos réseaux sociaux.

3) Répondez aux 3 questions du Quizz !

 

 

 

1) Quel est le film qui a permis la création du studio Ghibli ?
2) Quelle est la mascotte de la NHK ?
3) Dans quelle ville se déroule la 4ème partie de Jojo's Bizarre Adventure ?

Envoyez vos réponses à l'adresse suivante: concoursotakritik@yahoo.fr

 

 

Bonne chance à tous et allez visiter la page de mon pote Saïd !

link

 

 

http://i.imgur.com/WwHqrDo.jpg

Voir les commentaires

Fate Stay Night: Unlimited Blade Works

 http://quanticsubs.files.wordpress.com/2010/10/fatestay.jpg

 

Il y a bien un ou deux ans de cela, je découvrais à peine Fate Stay Night que tous mes amis otakus me recommandaient chaudement de voir. Etant perçu comme l’homme des cavernes du monde de l’animation par mes semblables car ne l’ayant pas vu, je me décidais à l’époque de me mettre à la page. Après une bonne introduction à l’univers de TYPE-MOON avec Tsukihime, je me mis donc à regarder d’une traite les 24 épisodes de FST. Cette adaptation du scénario le plus populaire de ce visual novel m’emballa énormément.  Le scénario « Unlimited Blade Works » eut droit à une adaptation cinématographique par le studio DEEN, déjà à l’origine du portage TV du jeu. Je précise que je ne joue pas au jeu et que je ne m’intéresserai donc qu’au film.

 

Avant le Gräal

 

Petit rappel sur l’histoire : FSN se déroule dans la petite ville de Fuyuki. La 5ème guerre du Saint Gräal éclate et 7 Masters (sorciers ou simples lycéens) vont s’affronter pour conquérir le saint gräal qui exaucera le souhait le plus cher du gagnant. Alléchant. Dans leur quête, ils sont tous aidés par un « servent », un héros venant d’une époque X (par exemple, Saber est la représentation héroïque du Roi Arthur) et s’entretuent pour obtenir ce trésor.

 

http://farm5.static.flickr.com/4039/4301533545_15fe1e1bce_o.jpg

 

Là où il avait fallu 5/6 épisodes pour mettre le pitch de départ en place à la série, Unlimited Blade Works ne mettra pas plus de 2 minutes pour le faire, le format film oblige. Ne s’adressant clairement pas aux néophytes, seuls ceux ayant au moins vu les premiers épisodes de la série, lu le premier tome du manga ou joué au jeu s’y retrouveront.

Est-ce un défaut ? Loin de là, tant qu’à faire un portage sur grand écran et à viser un public bien ciblé, autant ne pas perdre de temps en besogne inutile. De plus,  le staff originel de la série animé reste inchangé. C’est donc rassuré que, personnellement, je vois Yuji Yamaguchi à la production, Takuya Sato au script et  Megumi Ishihara à l’animation et au chara-design. Fate Stay Night : Unlimited Blade Works, sorti en 2010, s’adresse clairement aux fans de la série. Les autres peuvent passer leur chemin !

 

Les différences

 

Ce scénario va donc plus se centrer sur Archer et Rin. Et c’est tant mieux, parce que la série animée ne nous informait pas sur l’identité du servent aux cheveux blanc. Le rythme est mené tambours battants et les vraies différences avec la série se font sentir lorsque Caster (une servent) s’avère être la véritable menace de l’école (passage où Shinji tente de cumuler le plus de Mana possible en tuant ses camarades). Rider se fait buter en moins deux par celle-ci…

 

http://www.anime-kun.net/animes/screenshots/fate-stay-night-unlimited-blade-works-6043.jpg


L’autre différence, c’est que Caster, grâce à sa dague Rule Breaker qu’elle plante à Saber, rompt son contrat avec Shirô. Notre héros se retrouve donc sans servent, et Archer choisi ce moment de détresse pour lâcher Rin et rejoindre le camp de l’ennemi, en se faisant lui aussi planter par Rule Breaker. Saber sera détenue dans une pose fan-service au possible pour l'occasion…

Et là, on embarque pour quelque chose de radicalement différent par rapport à l’anime.

 

Pendant la bataille (SPOILS)


Pour tenter de renverser Caster, Shiro et Rin s’enfuient et  songent à proposer  une alliance avec Illiya, qui se fera assassiner sous leurs yeux par le nouveau servent de Shinji (qui est donc de retour), Gilgamesh. Celui se débarrassera sans mal de Berserker… Shiro et Rin interviennent, Shinji se la pète grave avec son nouveau servent, mais l’affrontement n’a pas lieu grâce à Rin.


Lancer finit par aider nos compagnons d’infortune selon la volonté de son master tandis que Archer vainc seul Caster et son master. Son véritable but nous est révélé…

Archer gagne en profondeur et sa relation avec Shiro nous apparaît enfin plus claire. Nous découvrons donc non sans surprise qu’Archer est l’incarnation des idéaux de Shiro, son possible futur lui. Las de son statut de servent qui ne correspond pas à l’idée qu’il se fait d’un héros, il a espéré se faire invoquer lors d’une guerre du saint Gräal afin de se vaincre lui-même, ceci permettant un paradoxe temporel pouvant conduire à l’effacement de son existence. Restez à la ligne, mon cerveau a fait une surchauffe là.


http://orphicanime.files.wordpress.com/2010/12/ubw_01-17-33.jpg


Quant à Shiro, il devient ici beaucoup moins useless et plus actif que jamais. Fini le Shiro choqué de voir sa Saber, faible femme, blessée au combat ! Prêt à tout pour prouver à son « possible futur lui » qu’il avait fait le bon choix en devenant un héros, il en vient à développer une grande capacité au combat. Ses compétences de matérialisation s’améliorent et ses affrontements sont juste jouissifs, comme la plupart de ceux du film d’ailleurs. En fait, Shiro s’améliore tout simplement en copiant Archer…

 

Ce dernier enlève Rin, ce qui contraint Shiro à le poursuivre, puis à le vaincre… Là le méchant Gilgameshintervient une ultime fois, le combat final est proche ! Pour l’invocation du saint Gräal, Shinji est transformé en une espèce de chair humaine géante et dégeulasse, fusionné avec le cœur du master de Berserker… L’occasion pour Saber, (enfin libérée de sa position fan-service depuis le temps) de vaincre Assassin, pour Emiya d'en finir avec Gilgamesh et pour Rin, d’être re-sauvé par Archer (qui était bien vivant)…  Entre temps, Shinji avait tenté de faire des trucs dégueulasses à Rin pendant qu’elle était attachée. C’est à ce moment-là que Kirei Kotomine se révéle être un méchant, ordonne à Lancer de se suicider suite au refus de son ordre, pour se faire ensuite buter par ce dernier…

Saber est ici plus en retrait, même si ses apparitions restent épiques (le cul en pompe et enchaînée notamment, hummm…). L’humour n’est pas trop au rendez-vous (pas le temps, on sent que c’est le rush) et les combats s’enchaînent à une vitesse ahurissante. Ce n’est pas un mal, ils sont splendidement animés et particulièrement gore par moment, mention spéciale à l’arrachage de cœur de Gilgamesh.


 http://animepantry.files.wordpress.com/2012/06/utw-fate-stay-night-unlimited-blade-works-bdh264-1080p-flacd7a47961-mkv_snapshot_00-47-36_2011-02-26_00-15-47.png


La bande-son est sympathique même si je n’ai rien relevé de bien extraordinaire. Au final, Unlimited Blade Works s’avère être d’un point de vue scénaristique beaucoup plus plaisant à suivre. Tout d’abord parce que nous en apprenons plus sur Archer, mais aussi parce que le côté niais de la série s’envole.

J’y reviens encore une fois, mais le film est un vrai petit bijou d’animation (le Real marble de Shiro... <3). Les combats sont d’une beauté bien supérieure à la série, les effets de lumière sont à pleurer ! Gros coup de cœur pour les attaques spéciales de Gilgamesh (en 3D) et Archer. Ce long métrage est une merveille techniquement parlant.

 

Le Gräal

 

Unlimited Blade Works est une perle en termes d’animation, qui ne s’adresse cependant pas aux néophytes. Ultra violent et survitaminé dans sa narration qui est une succession de combats fantastiques, UBW est un véritable Gräal pour les puristes de FSN et TYPE-MOON ! A voir absolument ! Je lui donne 7 Gräal sur 10 !

 

 

 http://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpghttp://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpghttp://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpghttp://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpghttp://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpghttp://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpghttp://www.teaser.fr/~yaccard/cosmos/graal/graal_origine.jpg http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f7/Slash.svg/158px-Slash.svg.png http://www.lefigaro.fr/medias/2010/05/27/1e318e98-698a-11df-9dab-933e05631e1a.jpg

 

 

Voir les commentaires

[Critique] Nausicäa de la vallée du vent

 http://www.avoir-alire.com/IMG/jpg/NausicaaForetweb.jpg

 

Je ne sais pas par où commencer. Vous allez me dire que je démarre mal pour un début d’article. Mais aujourd’hui, je m’attaque à du gros morceau. Du chef d’œuvre comme il n’en existera peut-être plus jamais et je pèse mes mots. Une œuvre ineffable, empreinte d’une aura éthérée. J’avais vu l’adaptation cinématographique, qui permit la création du studio Ghibli… Un animateur clé du nom de Hideaki Anno s’est chargé de la scène de la bataille finale… Vous l’aurez deviné, je suis en train de vous faire comprendre que je vais vous faire une review de « Nausicäa de la vallée du vent ». Et si le film est en soi un pur bijou, il écarte hélas la richesse, la profondeur et la psychologie particulièrement fouillée de sa version papier, paru de 1982 à 1994 dans le magazine de pré-publication Animage.


 

Un manga très dense


 

Avant de vous lancer dans la lecture de « Kaze no tani no Naushika» (titre VO), il faut que vous soyez averti d’une chose. Il s’agit d’une lecture dense et je parle en termes de lecture pure. Pourquoi ? Miyazaki a opté pour un découpage Franco-Belge. Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que dans une page, vous avez deux fois plus de cases. Qui dit deux fois plus de cases, dit aussi deux fois plus de dialogues. Et des dialogues, il y en a profusion dans Nausicäa. Une multitude qui s’explique par l’univers alambiqué et passionnant qu’a su développer Miyazaki.


Alors que j’ai lu près de 2229 manga (d’après My Anime list Bro) et que je suis, je puis le dire, un grand lecteur de manga, il m’a fallu des MOIS, oui vous lisez bien des MOIS pour achever seulement 7 tomes… Pourquoi ai-autant pris mon temps ?

 

http://img4.hostingpics.net/pics/457275NAUSICAACOVERS.jpg


Miyazaki laisse ici exploser tout son talent. On peut voir dans ce seinen tout le génie de sa mise en scène, en l’occurrence lors des épiques scènes de batailles aériennes. Les combats d’escrime sont d’une maîtrise époustouflante, bref, le dessin est un  régal pour les Mireilles.

 

Nausicäa est un gigantesque monument du 9ème art. Développé par son auteur durant 12 longues années, lire ce trésor d’une traite serait du  gâchis. Il faut en apprécier chaque case, chaque dessin, chaque dialogue. Miyazaki a travaillé seul à 100% sur ce manga. J’irai donc jusqu’à dire que Nausicäa contient la quintessence de son œuvre entière, c’est l’essence et l’inspiration de tout ce qu’il créera par la suite.


 

Il était une fois…


 

Les hommes, à force d’avoir épuisé toutes les ressources naturelles de la terre,  les Hommes se sont retrouvés punis par elle. Sept jours de feu eurent lieux, dévastant tout sur la planète bleue : technologie, verdure, animaux, ect...  1000 ans plus tard. Quelques royaumes, aux coutumes bien différentes, vivent plus ou moins en harmonie avec la nature. La mer de la décomposition (ou « fukai » en VO) domine. C’est une immense forêt dans laquelle les hommes sont incapables de respirer sans masque. La fukai est peuplée par les « Omus » sorte d’insectes vers géants, qui règnent en maîtres dans ce territoire.

 

Nausicäa, notre héroïne, est la vénérée princesse de son peuple. Elle habite dans la vallée du vent et est la seule survivante sur les 10 enfants que sa mère a mis au monde.  Entraînée dans une guerre entre l’empire Tolmèque et Dork (Les Dorks sont absents du film) par une ancienne alliance, Nausicäa finira par devenir l’un des rouages majeures de cette guerre.

 http://i21.servimg.com/u/f21/12/41/35/50/mangas10.jpg

Prépublié entre 1988 et 1992 dans le magazine Animage, Miyazaki ne se penche sur Nausicäa que lorsqu’il se sent désœuvré… Il devrait être paumé plus souvent le grand maître quand on voit le résultat ! Une parution longue et terrible pour les fans à l’instar de Akira de Katsuhiro Otomo, mais le résultat est à la hauteur. Si les bases sont simples (univers post-apocalyptique à cause de l’Homme), les fondements en ont été tellement recherchés au cours des 12 ans de sa parution que Nausicäa s’impose au final comme une référence des plus influentes dans le monde du manga. Ses thèmes seront repris par bien d’autre sans jamais pour autant égaler le maître. Entre l’initiation d’une prophétie avec "un être vêtu d'un bleu plus pronfond que le sang des Ômus", Complots politiques avec Kushana, son père et ses frères ;  sensibilisation à la nature ; conflits entre empires en guerre, ect…


 

Des messages à foison


 

Nausicäa véhicule des messages chers à son auteur, mais aussi au peuple japonais tout entier. Vous n’êtes pas sans savoir que  le shintoïsme, la religion la plus ancienne du Japon, voue un profond respect à la nature et à tous les êtres vivants qui peuplent notre monde. Les Japonais sont en effet très croyants concernant la vie éternelle et ils pensent que leurs ancêtres pourraient être réincarnés en insecte. Cette osmose avec la nature est enseignée dès l’école maternelle aux enfants japonais.

Dans Nausicäa, les enfants ont du être beaucoup moins sages parce que la nature s’est sacrément vengée… Fallait pas embêter les fourmis comme ça, que voulez-vous aussi… La forêt et les insectes font donc ici la loi, bafoués par la velléité de l’Homme. Contraint de survivre avec elle, Miyazaki nous rappelle que l’engrais de notre planète devrait être préservé et non épuisé à tout va..

 

http://sparkle-sounds.fr/wp-content/uploads/2011/03/nausicaa4.jpg

"Jack, je vole Jack ! Heu, non c'est pas ça..."


Mais la communion avec la nature n’est pas la seule chose que veut transmettre le mangaka.  Il faut aussi comprendre que la nature est avant toute chose imprévisible. Elle est sauvage et l’homme n’en est pas le maître. Ce rappel à l’ordre est précisé lors d’une interview de Miyazaki qui, de son point de vue, pense que l’homme est un être prétentieux. L’état du monde de Nausicäa est donc aussi la conséquence de la condescendance de l’homme à son égard.

Dernier grand message à relever, l’unification des peuples.  Vu comme une déesse par les maîtres vers ou comme un messager par les autres peuples, les qualités humaines de l’héroïne liguent les différentes tribus du monde vers un seul et même but. Chose impossible à l’habituel, car chaque clan est bien trop ancré dans ses rancœurs passées, ou dans ses coutumes. Coutumes qui les ferment aux autres, rancœur qui emplit de haine.

Tout ceci n’est pas sans rappeler la division que cause la religion dans le monde. Vous l’aurez compris, ce seinen possède différent niveau de lecture. Vous pouvez le prendre comme un excellent divertissement ou bien comme une œuvre engagée humainement et écologiquement.

 

 

Un rythme soutenu pour une héroïne unique

 

 

De la première page à la dernière page, le tour de force de Miyazaki c’est de créer un seinen au rythme constant. Le rôle de messie de Nausicäa se fait de façon crescendo et authentique. Ce sont ses rencontres avec la galerie de personnages conséquentes (les plus intéressants étant Kushana, le prêtre Dork et le garçon de la forêt Selm)  qui font le sel de l’œuvre qui suit le cheminement d’un momomythe.


http://images.ados.fr/1/bd-manga/nausicaa-vallee-vent/photo/hd/0187486018/2396059861/nausicaa-vallee-vent-nausicaa-vallee-vent-big.jpgNausicäa est une héroïne atypique, à laquelle il est difficile de s’identifier. Miyazaki a choisi pour personnage principal une femme, car d’après son interview du « Young Magazine », seule une femme pouvait posséder les qualités qu’il décrit. Nausicäa est une altruiste, qui aime à la fois l’homme et la nature. Ses actions sont la plupart du temps pacifique, elle n’aura qu’un seul excès de rage où elle tuera (lors de l’invasion de sa vallée) et regrettera amèrement son geste. C’est une grande épéiste et une excellente manieuse de Gunship grâce à sa connaissance du vent, qui sait parler à toutes les formes de vie, douce, gentille, Nausicäa n’a pour ainsi dire, pas de défauts et est capable de réagir à toutes les situations, où elle fait preuve d’une grande intelligence. A l’inverse de ses confrères, Miyazaki ne brosse pas le portrait de grands méchants aux intentions simplement vils, mais des hommes dont la décadence aura finit par les perdre humainement. Elle reste cependant impuissante face à certains événements, comme la guerre.


A ce sujet, Kushana apparaît être l’antonyme même de notre héroïne. Ce sont toutes les deux des princesses, brillantes, l’une est liée à la nature, l’autre à la technologie. Leur relation est l’une des plus intéressantes. L’autre aspect qui m’a plu réside dans le combat subconscient de Nausicäa avec le « néant », ombre qui apparaît vers le milieu du manga et s’oppose à notre héroïne.

 

 

Quête terminée 


 

Nausicäa est une œuvre indispensable au fan de Ghibli et de Miyazaki car elle est la source d’inspiration de la majorité des films du studio, mais aussi parce qu’elle en a permis sa création. Graphiquement et scénaristiquement poussés, osons le dire, Nausicäa est un manga presque sans défaut. Accrochez vos ceintures et suivez les aventures de la plus irrésistible des princesses !  Si la fin présage un avenir incertain pour l’homme, on nous rappelle que l’espoir nait justement quand on se serre les coudes face aux difficultés. Une façon humaniste et unique de terminer cette MASTERPIECE les mecs ! A lire absolument !

 

 

 

 

Voir les commentaires

[Critique]Kick-Ass 2

 http://www.cineaddict.fr/wp-content/uploads/2013/03/Kick-Ass-2.jpg

 

 

Les blockbusters pleuvent cette année ! Entre Iron Man 3, Man Of Steel, Pacific Rim, Wolwerine, les geeks ne mourront pas de faim cinématographiquement parlant tant il y en a à se mettre sous la dent ! Et en parlant de dents, il y a Kick-Ass 2 qui en pète pas mal… Ma fiancé m’a fait le plaisir de m’inviter à aller voir ce film que j’avais adoré en 2010, mais non sans un certain apriori…

 

 

Un apriori non justifié


 

Je n’ai pas lu le comics de Kick-Ass, j’ai cependant été séduit par la fraîcheur de son adaptation cinématographique en 2010 par Matthieu Vaugnh. A l’époque, le lycéen Dave Lizewski (Dieu que ce nom est chiant à taper), geek féru de super-héros, se demande bien pourquoi personne n’a franchi le cap d’être un justicier à son tour. Dans son délire, il s’achète une tenue sur E-Bay, s’arme de deux matraques, fait quelques abdos et décide d’aller tabasser du malfrat. Mais Dave n’étant qu’un humain sans pouvoir, il finit comme une merde dans un lit d’hôpital après avoir été tabassé comme il se doit, et renversé par une voiture.


http://www.nerdist.com/wp-content/uploads/2013/08/kickass2-1.jpg

 

Avoir approché la mort d’aussi près, n’a  donné à Dave qu’une seule envie, c’est de recommencer.  Haha, qui n’en aurait pas eu envie à sa place ? ! Bref, son opération lui vaut d’avoir une partie de ses terminaisons nerveuses foutues, ce qui lui permet de ressentir à moindre niveau la douleur. Il réendosse son costume de plongée et cette fois-ci, ça paie, il parvient à se défaire d’une bande de voyous, ses exploits se voient diffusés sur You Tube, une vague de « super-héros » est alors lancée…


Le fan que je suis attendait donc avec impatience la suite de ce premier volet, mais je fus refroidit par les réactions des sites « Tom’Guide », des « Inrock » et de « Le Monde »… Qui voyait en Kick-Ass 2, grosso modo, un film mal filmé, sans surprise et grotesque. Oulah. Je ne suis pas un fervent lecteur de ces sites (et ces critiques injustifiées m’ont d’ailleurs convaincu de ne pas en faire partie), mais il y avait de quoi venir à la séance avec… les boules, disons-le. Kick-Ass 2 était-il le désastre, la déception annoncée ? QUE NENI MESSIEURS DAMES !


 

Un film kickass la baraque...


 

http://latimesherocomplex.files.wordpress.com/2013/03/kick_ass_2.jpg

 

 

 

NON, Kick Ass 2 fait honneur au premier film ! J’avais peur en voyant que le réalisateur avait laissé sa place à Jeff Wadlow, à l’origine du ridicule Never Back Down, mais il n’en est rien. MV est ici relégué au rang de producteur, mais JW ne trahi jamais l’esprit du premier film. Il y ajoute même du peps, l’action ne cesse jamais mais ne s’essouffle pas.


Plusieurs histoires sont traitées dans ce film, histoires qui sont donc respectivement issus du spin-off Hit Girl (Chloë Moretz qui livre encore une performance remarquable) et de Kick-Ass saison 2. Dans cette suite, Dave (Aaron Taylor-Johnson) se fait entraîner par Hit Girl dans le but de faire régner la paix sur New York en équipe. Mais le tuteur de la jeune fille, Marcus, meilleur ami de son père décédé, ne voit pas les choses sous cet angle. Il souhaite que l’adolescente ait une vie ordinaire.


Dave se retrouvera donc seul face au crime… Mais pas pour bien longtemps. Il va en effet très vite rejoindre la « Justice Forever », team qui n’est pas sans rappeler la Justice League of America ou encore les Avengers. En effet, les héros masqués agissent en bande désormais, l’union fait la force !


http://www.tuxboard.com/photos/2013/03/Jim-Carrey-Kick-Ass-2.jpg

Jim Carrey est un pur acteur !


Et le pire, c’est que tout ceci est particulièrement bien traité. Jim Carrey nous offre une prestation toujours aussi exceptionnelle en tant que Colonel Stars and Stripes, bien qu’écourtée par Mother Russia.

 

De son côté, HG découvre le monde du lycée et son incompatibilité à en faire partie après avoir connu une enfance mouvementée avec Big Daddy. Difficile de s'intégrer dans un monde qui ne laisse de place qu'à l'hypocrisie, où les trahisons entre "amies" sont légions. 


Kick-Ass 2 est un film fun, qui en 1h40 joue avec brio avec l’humour, un peu trop trash pour moi par moment (le coup du vomi et du caca dans la cantine, j’ai trouvé ça un peu « too much »), l’action (les prouesses de Hit-Girl sont cependant moins impressionnantes) plus nerveuse et « épileptique » dans la façon de filmer, mais cela reste très lisible. Quelques scènes d’anthologies sont au rendez-vous, et c’est Red Mist/Motherfucker (Christopher Mintz-Plasse) qui en est la plupart du temps à l’origine.


http://sciencefiction.com/wp-content/uploads/2013/07/Kick-Ass-2-motherfucker.jpg

Personne ne bouge, ce blog est plus HARCORE que moi ! J'vais t'buter Yomigues !


Particulièrement drôle et déjanté, il n’a qu’une seule chose en tête : se venger à tout prix de Kick-Ass, celui qui a tué son père à coup de Bazooka… On comprend bien la haine qu’il peut avoir le petit. Dans sa folie, il se décide à devenir le grand vilain number one et recrute à tour de bras des hommes de main, avec qui ils fondent The Toxic Mega Cunts (littéralement, les Gros connards toxiques).


Le film se termine en apothéose avec une bataille finale dans le repaire de Mother Fucker, clôturant le film de façon épique. Ajoutons à cela que les musiques, sans être marquantes, accompagnent merveilleusement bien le rythme endiablé des scènes.

 


...ou pas parfois 



Si l’ensemble du film m’a satisfait, quelques points m’ont cependant troublé. Pour moi, il y a une différence entre potachement drôle et inutilement dégueulasse. Dans la scène de la cantine, je trouve que le film va trop loin et pêche un peu. On dépasse les limites du politiquement correcte pour pas grand-chose, du vomi et du caca qui sortent de partout, non, c’est trop.


http://lestoilesheroiques.fr/wp-content/uploads/2013/08/kick-ass-2-post-generique.jpg

 De même, la scène du viol de Night Bitch est abordée avec humour. Alors oui, c’est efficace, le viol est édulcoloré et remplacé par un cassage de gueule, mais cela arrache au long métrage son côté dramatique. D’ailleurs, tous les passages émouvants du film où qui porte à réflexions sont vite passés à la trappe. C'est dommage, car de ce qu'il m'a été donné de voir, le réalisateur était tout à fait capable de faire quelque chose de bon à ce niveau.


Dave n’a pas le temps de se remettre du décès de son père qu’ il doit déjà se battre à nouveau.  Les acteurs n’en restent pas moins convoquant, mais quelques minutes de plus à s’attarder sur les états d’âme des héros auraient été la bienvenue.

 


Kick Ass 2…


 

...S’avère donc être un excellent teennage movie, une suite qui fait honneur au premier volet, plus dynamique et fou, la surprise en moins puisque l’univers est déjà établie. Un très bon moment de détente à passer entre amis, n’oubliez pas de rester après le générique !

 

Je lui donne 8 matraques sur 10 !

 


http://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpghttp://csimg.webmarchand.com/srv/FR/28029260az808/T/340x340/C/FFFFFF/url/tonfa-matraque-54cm-baton.jpg / 10

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

[Critique] Wolwerine le combat de l'immortel

http://www.wolverine-lefilm.com/img/the-wolverine-cover-creator.jpg

 

Peut-être l’ignoriez vous, mais sachez que je suis un très grand fan de cinéma. J’ose même dire que je suis un cinéphile, puisque mes références vont du Cuirassé de Potemkine à plus récemment Cloud Atlas. Je regarde de tout, tout le temps, je suis comme ça, j’aime le cinéma dans son ensemble. Ici, nous sommes sur un blog otaku à orientation geek, raison pour laquelle je vous parlerai de films de science-fiction, de super héros, fantastique, ect… Aujourd’hui, je m’en vais vous parler de la dernière mouture de ce cher Wolwerine, qui, je dois l’avouer… M’a fait une TRES mauvaise impression en dépit de quelques scènes bien badass.



Description d’un scénario pas au poil



Comment vous présenter métaphoriquement l’histoire de Wolwerine, le combat de l’immortel  ? Imaginez : vous êtes dans une ruelle bien glauque et vous tombez sur un bar encore plus glauque et lugubre que cette ruelle. Vous vous décidez à rentrer dans ce bar, qui fourmille des pires poivrots de la terre. Vous vous dirigez vers les toilettes, à l’odeur aussi pestilentielle que la saleté qui s’est incrustée de partout sur les murs. Là, vous sentez une sacrée odeur de merde, vous savez, celle qui vous prend à la gorge et vous fait remonter en moins de deux tout le contenu de votre estomac. Mais la torture est loin d’être finie… Vous vous décidez à ouvrir la porte de ces toilettes… Turques en plus. La merde déborde de la bouche, des trucs vivants semblent bouger là-dedans… Prenez une brosse à chiotte, mélangez, goûtez : c’est cela, « Wolwerine, le combat de l’immortel ». Oui, ce film, c’est de la pure merde Marvel.

 

http://matecefilm.com/wp-content/uploads/2013/07/arton25054.jpg

Il fallait bien s’y attendre, déjà que X-Men Origins avait donné le ton, Le combat de l’immortel s’est empressé de suivre les pas de son aîné… Nous retrouvons donc Wolwerine, solitaire et encore plus barbu qu’avant, qui se prend pour Christopher McCandless. Il vit en communion avec un ours et se complaît à se morfondre dans des cauchemars où Jean Grey le hante. Ca, au départ, c’est plutôt cool il faut l’admettre. Tourmente du plus sauvage des X-Men, nous on ne demande que ça, l’exercice était réussi avec Iron-Man 3 et Tony Stark, du coup, ça promettait avec Logan. Sauf que James Mangold en a décidé autrement. La jeune et moche Yukio (Rila Fukushima)vient chercher le griffu (toujours aussi bien campé par Hugh Jackman entre nous soit dit) afin que son maître, Yashida (Hal Yamanouchi) puisse le remercier de lui avoir sauvé la vie avant de passer l’arme à gauche… En effet, notre immortel avait sauvé le jeune homme à Nagasaki, au cours de la seconde guerre mondiale. Celui-ci a depuis fait fortune grâce à son entreprise industrielle et a passé sa vie à rechercher son sauveur. Et comment le remercier ? Et bien, en lui proposant de devenir un mortel, ce dont beaucoup d’immortels doivent rêver… Mais trêve de balivernes, il est temps de passer à l’action.

 

 

Le chaton sort ses griffes


 

Yashida mort (ben oui, il fallait s’y attendre), sa petite fille Mariko (Tao Okamoto) voit sa vie menacée par toute une horde de Yakuzas et de ninjas. Je vous le mets dans le mille : elle a été choisie pour devenir l’héritière légitime de l’entreprise Yashida. Pourtant, dieu sait que c’est une mauvaise idée, les femmes japonaises sont faites pour rester à la maison et faire le ménage c’est bien connu… Enfin, d’après la description qu’en fait le film hein, je ne suis pas Misogyne (en parlant de description, le Japon, à part dans les décors et dans quelques dialogues nippons, on se demande bien où il est... Sûrement aller se coucher, contradication au pays du soleil levant) ! Et Yukio, ça ne compte pas, ce n’est qu’une esclave… Ahem, bref, revenons à ma critique.

http://media.begeek.fr/2013/05/The-Wolverine-le-Combat-de-lImmortel-650x434.jpg

 

Et c’est là, qu’en dépit de scènes complètement BADASS, le film devient plat et à chier. Car trop d’action tue l’action. Et le film finit par en devenir long, très long… les OST n'aident même pas à prêter l'oreille. D’autant plus que les personnages secondaires sont relégués au plan de pur faire valoir… Mariko devient la nouvelle girlfriend du plus vener  des X-Men, sauf qu’elle est très effacée et sans aucune personnalité… Elle est là pour se faire sauver, tout comme la princesse Peach avec Mario…

 

Et elle est tellement niaise que son ex-boyfriend, Hawkeye japonais pratiquant le parcours, n’est pas de trop en plus de notre chaton pour la sauver. Parce que le chaton est en difficulté, sa capacité de regénération est mise à mal dans ce volet...  Même la pauvre Yukio reste en retrait, elle agite un peu son sabre et elle est vite oubliée. La grande méchante du film qui donne des galoches bien dégueulasses avec sa langue pour contaminer tout le monde de son vilain venin manque cruellement de charisme. Elle est fade et son « potentiel » de combat est sous-exploité. Même le boss final ne convint pas, le gros  robot samouraï en adamantium oulala ! Ben désolé, mais c’était un coup d’épée dans l’eau pour le coup. Les vraies bonnes scènes d’actions seront déjà passées à ce stade du film, le duel avec le fils Yashida reste sans doute le meilleur face à face du long métrage. Et la révélation finale, comment dire, ne nous laisse qu’à moitié surpris… C’était un petit peu obvious quand même

 


http://1.bp.blogspot.com/-F1sh87QtBRk/UdtvkrR1Z0I/AAAAAAAAAPg/ZEDVKCc06wM/s400/Wolverine+2+Shinkansen.jpg

PUTAIN CE BLOG EST GENIAAAAAAAAAAAAALEMENT BADASSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS !

 


Je vais revenir quand même aux scènes bien BADASS, qui m’ont plu. Il y en a trois que j’ai retenu. La course poursuite en plein Tokyo avec l’intervention de l’archer japonais, nerveuse à souhait. Ensuite Wolwerine est pris aux griffes (c’est le cas de le dire…) avec les mêmes Yakuzas dans le train. Alors quoi de mieux que de se fighter sur le toit du Shinkansen en vitesse grand V ? ! Scène excellente avec la grosse plongée de Wolwy sur le dernier homme de main, assez mythique. Troisième bonne scène, celle où notre barbu se prend tout un tas de flèches dans le dos et continue d’avancer, sûrement une référence au courageux samouraï Benkeï. Vous voyez, je n’enlève pas tout à ce film, je ne suis pas injuste ! Non, c’est le PG13 qui s’est chargé de cela… Oui, aucune goutte de sang, ou très peu seront visibles, dans un film où l’on ne se bat quasiment qu’à l’arme blanche… ça fait drôle quand même. Vous imaginez Kill Bill sans aucune trace d’hémoglobine ? Ben moi non plus, c’est pourtant possible, oui, hélas… C'est ça quand on veut toucher un max de monde et faire rentrer l'argent ! Reste tout de même que les effets spéciaux sont bien faits, que c’est non plus un spin-off mais un épisode qui suit X-Men 3 et sert de passerelle avec sa scène cachée pour le prochain X-Men, Days of Future Past, qui lui, promet de redonner ses lettres d’or à la saga tout comme le fit X-Men, le commencement.

http://image.toutlecine.com/photos/w/o/l/wolverine-le-combat-de-l-immortel-the-wolverine-24-07-2013-23-g.jpg

 

Sortez les mimines !

 

 

Wolwerine, le combat de l’immortel, n’est pas un bon X-Men. C’est une grosse pompe à fric tout public, pas de quoi être réellement transcendé. Reste que les scènes d’actions sont sympathiques sans être mémorables, à voir, mais dispensable. Je lui donne 4 griffes sur 10.

 

http://www.hasbro.com/common/productimages/fr_FR/e80d06fe19b9f369d91aa6d380eebd0d/02EB3CFC19B9F369D917C8405DA03CD5.jpghttp://www.hasbro.com/common/productimages/fr_FR/e80d06fe19b9f369d91aa6d380eebd0d/02EB3CFC19B9F369D917C8405DA03CD5.jpghttp://www.hasbro.com/common/productimages/fr_FR/e80d06fe19b9f369d91aa6d380eebd0d/02EB3CFC19B9F369D917C8405DA03CD5.jpghttp://www.hasbro.com/common/productimages/fr_FR/e80d06fe19b9f369d91aa6d380eebd0d/02EB3CFC19B9F369D917C8405DA03CD5.jpg

Voir les commentaires

[Site] Otaku Attitude, mon amour !

http://i.imgur.com/HVavBww.jpg

 

AVANT PROPOS: les propos tenus ci-dessous sont subjectifs et ne représentent que mon avis personnel. Cet article n'est en aucun l'objet d'une commande par Otaku Attitude, mais bien le fruit de ma seule et unique volonté.

 

Vous savez, lorsque l’on est otaku, il est parfois difficile de trouver d’autres otakus aussi passionnés que vous. On a souvent un pote qui se prétend fan de manga et qui ne lit, au final, que Naruto et Dragon Ball. C’est un peu comme si un féru de littérature se retrouvait avec un fan des années 80.


« Eh, tu as lu « Le rouge et le noir » de Stendhal ? ! C’est un super roman ! »

« Come on bitch, c’est une chanson de Jeanne Mas, pas un roman ! »


Bref, quand on a envie de crier sa passion sous tous les toits, c’est pas forcément évident. Et pour avoir testé pas mal de forums (une bonne trentaine en 4/5 ans pour ainsi dire, dont Animeka), hormis sur certains forum anglais, je ne retrouve pas la qualité du site et du forum d’Otaku Attitude, tant par ses membres que par ses sujets ou son contenu.


Y ayant officié du statut de simple membre à celui de « rédacteur » (c’est là-bas que j’ai fait mes débuts et croyez-moi, vous avez eu la chance de ne pas connaître mes pires fotes dautografe), « super-modérateur », « Vip », je m’en vais vous dépeindre en détails, un forum à connaître, où s’inscrire, où il fait très, très bon vivre.

 

Petite entrée en matière avec la description du site:


"Otaku-Attitude (OA pour les intimes) est un fansite. En clair, un site à but non lucratif conçu par des fans pour les fans. Notre contenu est rédigé par nos soins et nous nous efforçons de ne pas proposer d'épisodes et films licenciés, par respect des droits d'auteurs. OA propose des animes, dramas, films en téléchargement et streaming, une team de fansub, des articles sur les produits de loisir et de la culture japonaise, des cours de japonais, de la musique à écouter en ligne, une boutique, un top-sites, un forum et un oekaki alimentés par une communauté d'otakus complétement bakas ! Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don via le bouton de soutien en haut de chaque page du site"


 

Un fondateur cool


 

http://images.otaku-attitude.net/themes/zen/images/staff/sadmad.jpg http://forum.otaku-attitude.net/uploads/av-1.gif.pagespeed.ce.AD1NABzMpY.gifhttp://forum.otaku-attitude.net/public/group_images/xgroup-admin.png.pagespeed.ic.fFkyJyga54.png

All Heil OA ! Ci-dessus, le créateur d'OA, surnommé dieu par ses fidèles.

 

Sadmad, jeune chérubin monégasque, est bien triste, seul dans sa chambre. Il ne rêve que de quitter Monaco, ceci afin de faire la Japan Expo, le Gräal pour tous les otakus d’Europe. Oui mais, comment faire, lui qui est si petit et si faible ? Bon j’arrête la déconnade, Sadmad est un geek, mais pas le genre boutonneux et timide. Non, il veut se faire des potes et il s’y connaît en informatique. Qu’est-ce qu’il créée, bien avant le site d’Otaku Attitude ? Son forum, bien évidemment. Quelques membres de son ancien forum (Otaku World) le rejoignent et l’aventure commence…


Ceci est la partie lèche-botte de l’article, mais vous constaterez en venant vous inscrire que je ne mens pas. Sadmad est à l’opposé de l’image d’un otaku… Loin de la rigidité de bon nombre d’administrateurs, il opte pour une politique de modération très souple et reste proche de ses tout premiers membres, qui deviendront par ailleurs ses meilleurs amis web et IRL.

 

Ces membres, hauts en couleurs, ont su donner le ton sur ce forum où il fait aujourd’hui si bon vivre. Avec plus de 5000 membres en 7 ans d’existence, OA peut se targuer d’avoir une communauté très active. Si, il est évident, que les 5000 membres ne sont pas actifs, des messages et des sujets éclosent tous les jours un peu partout.

 

 

Une communauté loufoque et attachante

 

 

Oui, loufoque est bien le mot. La souplesse et l’ouverture d’esprit de la modération ont permis d’accueillir au fil du temps, des membres tous plus différents les uns que les autres, aux horizons et cultures variés, et surtout aux personnalités hautes en couleur. Comment ne pas vous parlez de… Ice-Q. Ice-Q, modérateur, lui aussi Monégasque et ami dans la vraie vie de Sadmad. Ice-Q est un bout en train cinéphile, célébrissime (à son grand dam) pour les nombreuses farces que lui joue Sad, des suites de sa naïveté la plupart du temps. Sans s’en rendre compte, Ice-Q est devenu l’un des membres les plus sympathiques du forum, tout en contribuant grandement à la communauté (avec 8719 messages à son actif). Si ses messages ont pris en maturité, force est de constater qu’il a su garder cette « fraîcheur » propre à l’enfance.

 

http://illuminammorpg.free.fr/upload/496191405.png

Beaucoup de lol sur la shoutbox

 

Je dis cela, mais je ne suis pas en reste et je fais, sûrement, parti des plus tarés du forum… Mon image ? Celle d’un Hard-Gay sur le retour, qui a librement déclamé sur la shoutbox (toujours très animée) que le mercredi, passé 22h, c’était « gayfriendly », c'est-à-dire que l’homosexualité est de rigueur. J’ai aussi co-fondé un fan-club sur Beckii Cruel avec l’aide de Achille, nous avons même autoproclamé un concours de beauté sur certaines filles du forum… Je pourrai vous parler de Ayork, le membre travesti et de biens d’autres encore ; mais il faut que vous découvriez cette communauté hors-norme par vous-même.


Sans jamais laisser survenir la vulgarité ou le bordélisme total, OA a su trouver l’équilibre entre le défouloir total et le contenu de qualité. C’est ainsi que naissent parfois des sujets passionnants. Des réflexions sur des points peu communs voient le jour. Dernièrement, on en relève un sur le sexisme exacerbé dans la communauté geek. Et le plus beau dans tout ça, c'est que l'on ne relève pas de gros problèmes de comportements de la part des membres. Les modérateurs, sans se la couler douce, cadrent vite les nouveaux arrivants sans les brusquer, ce qui désamorce d'emblée tous problèmes ! Merci à eux !

http://img4.hostingpics.net/pics/79303915OA.jpg

Une journée type sur OA !

 


Vous l’aurez compris, en ce qui concerne les goûts et les couleurs, vous vous y retrouverez toujours ! Entre les sujets flood (jeux divers, espace détente) et les forums plus spécialisés (Mangas, animes, 7ème art), vous vous y retrouverez toujours au bout du compte. Otaku Attitude, c'est aussi un site où l'on vous aide aussi pour l'école, ect...

 

D’autant plus que la partie IRL du forum est très active, les événements et les concours sont nombreux (la ronde de Noël permet à tous les membres de se faire des cadeaux). La dernière rencontre IRL prévue en date est l’animest de Novembre, 7 membres du forum sont déjà inscrits et ils n’attendent que vous pour les rejoindre. L'investissement de l'enemble des membres est impressionnant, j'oublie de citer tout le monde, mais il y a aussi Zorba, papa et checkeur, rédacteur, Spiro, rigoureux modérateur, ect... 


 

Une V3 tant attendue


 

Otaku Attitude est un bon site et un bon forum. Proposant des animés, des dramas, des OAV et des films en DDL, il est important que vous sachiez que c’est le staff, S@d à une époque et désormais Johann (développeur de la V3) et d’autres membres, qui paient les serveurs sur lesquels vous     téléchargez gratuitement. Oui, il y a des gens qui ont été prêt à donner un dixième de leur salaire, voire plus, par générosité, pour vous. Et ça, c’est un truc qu’on ne retrouve pas souvent. Mais l’investissement ne s’arrête pas là. Après une V2 s’essoufflant quelque peu, OA avait besoin d’un nouveau souffle. Sadmad lègue les commandes, OA est et restera toujours son bébé, mais il ne peut plus être aussi présent qu’avant. Arrivé de la V3… IL faut l’admette, quelle V3, bravo Johann, RP et Ayork. Le site acceuille pas moins de 853 animes non-licenciés, 175 dramas, 56 films et une bonne centaine d’articles.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/943514oa2.jpg

A vot' bon coeur, hésitez pas à faire un p'tit don !


L’interface du site est claire, légère et agréable. Le forum s’apparente désormais à un calque du réseau social qu’est facebook. Il  est en effet possible de créer un statut visible de tous, mais aussi de mettre des « +1 », équivalents du « j’aime » ou évitant de répéter la même chose. Le forum a donc su se bonifier avec le temps, rester in tout en restant aussi cool qu’à ses débuts. Vous constaterez aussi que contrairement à bon nombre de forums, la page n'est pas austère ! En effet, j'ai personellement beaucoup plus envie, objectivement, de m'inscire sur un forum qui se présente ainsi:


http://img4.hostingpics.net/pics/79303915OA.jpg

Shoutbox, statut, presentation aéré, couleurs qui contrastent bien.


Plutôt qu'ainsi:

 

http://img4.hostingpics.net/pics/117317animeka.jpg

 A mon sens rigide et froid.

 


Rejoins-nous !


 

J’ai conscience du contenu hautement publicitaire de mon annonce article. Cependant, pour qu’un passionné comme moi se soit autant attaché à ce superbe forum, c’est qu’il y a bien une raison. Otaku Attitude est un forum en évolution constante, où les membres sont actifs et où la bonne ambiance règne. L’intégration y est facile, l’accueil chaleureux à souhait, alors n’hésitez plus et rejoignez-nous ! Tout le monde a son forum favori, c'est une évidence, mais croyez-moi, vous ne serez pas déçu du voyage, tentez l'expérience !

 

http://otaku-attitude.net/medias/images/banniere-468x60.gif

 

http://idata.over-blog.com/3/91/01/32//image-manga2000/348.jpg

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires